La mémoire et la mer

July 25, 2014

LA MÉMOIRE ET LA MER*

 

 

Il est des lieux immémoriaux, si anciens qu’ils nous ramènent à l’origine des temps, d’avant le temps… Nous les voyons pour la première fois, mais ils nous semblent si familiers que nous éprouvons le sentiment étrange de les avoir toujours connus. Ce sont les lieux où souffle l’esprit. Celui du chant de l’air, du feu de la terre, du jour et de la nuit, du vent… de  la mer. Ils sont le miroir de notre existence, le reflet de notre image en exil, dans la lumière.

 

Se laisser embarquer dans l’intériorité du paysage, avec la sensation paradoxale de lui appartenir tout en y étant étranger, c’est s’inscrire dans une expérience poétique que seul l’art est capable d’exprimer. En mettant mes pas dans ceux d’Eugène Isabey et Alexandre Nozal qui m’ont précédé sur le motif, je me suis confronté à cette expérience. Immergé au cœur  de cet environnement naturel, je me suis attaché à explorer avec précision la structure des éléments organiques du paysage pour en extraire l’âme profonde, évitant ainsi les pièges de l’iconographie touristique ou du carnet de voyage illustratif.

 

Or, « il vient toujours un moment où l’on a trop vu un paysage, de même qu’il faut longtemps avant qu’on l’ait assez vu » Albert Camus, (Les noces). L’unique  solution du peintre consiste alors à s’approprier la réalité pour se détacher de la pesanteur du monde, en la restituant telle que nous la voyons tous universellement, et parallèlement, telle qu’elle nous apparaît individuellement. Double vision, périphérique et centrale, qui nous renvoie à notre histoire personnelle, et notre imaginaire intime.

 

Comme c’est souvent le cas dans mes paysages, j’ai évacué toute présence humaine. Et pourtant cette absence, donne la sensation d’une présence, qui n’est autre que celle du regardeur, le peintre ou le spectateur… de l’autre côté du miroir. Rendre visible le visible, mais aussi l’invisible, c’est surgir à autre endroit, partir à la dérive là où l’on ne s’attend pas.

Les rives de la Rance, les falaises de la Garde Guérin, la pointe du Chevet, les Ebihens, le petit et le grand Bé, firent l’objet de variations multiples, de suites qui m’ont entraîné vers des ailleurs où le mystère, mêlé au rêve, s’est agrégé dans ma peinture au hasard de mes pérégrinations solitaires. «  Comme je descendais les fleuves impassibles, je ne me sentis plus guidé par les haleurs… » Arthur Rimbaud, (Le bateau ivre).

 

Recueillies au fil de mes promenades, ces notes « colorées » sont venues accompagner le dessin précis, analytique et structuré de mes tableaux, comme des ponctuations imprimées de mes pensées. Comme toujours, la préoccupation principale, une fois la mise en place établie, réside dans l’équilibre recherché entre la matière et la couleur, et c’est par la lumière qu’elle me fut donnée.

Vu de près, la segmentation de la touche participe d’un réseau fragmenté à la manière d’un rhizome, où le dessin disparaît dans un imbroglio  dense, au profit d’une vibration morcelée des plans colorés, qui relève d’une abstraction formelle proche du puzzle. Avec le recul, la représentation se structure et  le sujet apparaît transfiguré, doté d’une  facture que l’on peut qualifier de réalisme atmosphérique. Preuve que la peinture est bien « Cosa mentale » selon l’expression de Léonard de Vinci, une réorganisation du sensible, comme l’a si bien expliqué le grand historien d’art Daniel Arasse.

 

… Un soir, longeant la cote, entre Saint-Malo et Cancale, je me suis arrêté face à la petite île du Guesclin. Il y avait un peu de bruine et le ciel était chargé de nuages. Quelques goélands tournoyaient au dessus des chevaux d’écume et seul le bruit des vagues faisait écho à mes divagations crépusculaires. « Écoute, écoute… dans le silence de la mer, il y a comme un balancement maudit qui vous met le cœur à l’heure… » J’ai écouté, écouté longtemps… et je suis allé à l’ouest de ma mémoire… loin… vers l’horizon inaccessible de mes pensées où apparaît parfois le fantôme Jersey « celui qui vient les soirs de frime, te lancer la brume en baisers... »

Et la mer m’est revenue avec ses étoiles au clair de lune… Au bord de l’amour, la baie s’est ouverte à mes pieds et j’ai levé l’ancre, pour mettre à la voile…Cap à l’ouest… Salut Léo…

 

 

 

* La mémoire et la Mer est une chanson emblématique de Léo Ferré qu’il écrivit sur l’île du Guesclin où il vécu. C’est là qu’il découvrit ce phénomène naturel qu’est « le fantôme Jersey » une sorte de ligne brumeuse que l’on distingue sur la ligne d’horizon, faisant croire à une émanation fantomatique de l’île de Jersey. Leo  y campe le décor mystérieux de ce long poème, une virée en mer avec son ami Lochu pendant laquelle ils remontent un bar dans leur filet, dont les écailles brillent à la lune comme une constellation argentée. Véritable ode à la mer, cette extraordinaire chanson m’accompagne depuis longtemps. Comme le dit Leo « Je sais bien que la vie est là ».

 

 

Please reload

Sommaire

Relire Rimbaud contre le pouvoir, la guerre et l'obscurantisme religieux

August 9, 2014

1/8
Please reload

Articles récents

July 25, 2014

June 26, 2014

June 17, 2014

Please reload

Archives
Please reload

Recherche par mots-clef
Please reload

  • Google+ Basic Square
  • LinkedIn Basic Square
  • Myspace App Icon